works sales info

EN | FR

Démarche

Sophia Borowska est une artiste et tisserande basée à Tiohtià:ke/Montréal.

En puisant dans la richesse de la culture matérielle des villes, Sophia Borowska joue avec tactilité pour humaniser l’environnement urbain. En mélangeant des procédés textiles et matériaux de construction comme le bois, le ciment, et l’acier, elle compose des installations qui interagissent avec leur milieux. Dans son travail, elle met en avant colonnes, fissures, tuyaux, et tâches qui marquent le fonctionnement de l’architecture et des évènements dont celui-ci a été témoin. Borowska se base sur des archives et traités architecturaux pour créer ses oeuvres mais les qualités matérielles et l’interaction entre son corps et le site sont tout aussi importantes à sa pratique.

Selon Borowska, l’emploi de textiles pour traiter de l’environnement architectural est une prise de position féministe. Bien que leur statut soit égal face aux arts appliqués, le textile et l’architecture ont des connotations genrées distinctes. Borowska associe le dur au souple, le monumental à l’intime, le rationnel au désordonné et le grandiose à l’abject, remettant en question les constructions sociales opposées que représentent le textile et l’architecture. En créant des oeuvres hybrides, son travail critique l’intellectualisme machiste qu’incarne parfois le domaine de l’architecture tout en mettant en avant le travail invisible et la transmission de savoir des artisans des générations précédentes.

Bio

Le travail de Sophia Borowska consiste principalement d’installations qui explorent l’intersectionnalité entre le textile, le corps et l’environnement urbain. Sa pratique sepenche sur les processus et les lieux, interagissant avec le site donné par le biais d’une approche textile.

Borowska a tout d’abord commencé sa formation à l’université Capilano dans le programme d’arts textiles et a terminé son baccalauréat en fibres à l’université de Concordia en 2016. Son projet de thèse portant sur les pratiques de tissage virtuelles à donné naissance à un livre titré Data Excess (www.data-excess.com). Inspirée par cette recherche tournant autour de la culture digitale, Borowska est devenue membre du conseil d’administration de Ada x, un centre d’art féministe engagé dans l’exploration et la réflexion critique en arts médiatiques (2019).

Borowska expose à travers le Canada et à l'international, notamment dans des centres d’artistes et des installations in situ. Les espaces d’exposition qui ont marqué son travail incluent articule et La Centrale à Montréal, la galerie Jones à Vancouver et le centre Matéria à Québec. Sa dernière exposition solo, Megastrukturer, a été organisée par la galerie Pakhus au Danemark au printemps 2020. Elle a aussi participé aux résidences à Kunstkollektivet 8B et à La Maison des métiers d’art de Québec. La pratique sculpturale, en textiles et tissage de Borowska lui a rapporté plusieurs prix et bourses en provenance d’institutions telles que le Handweaver’s Guild of America, le conseil du Canada, le CALQ et la SODEC.

 

Our services are currently

unavailable. You can call our

department and leave a message.|